sir Was

The Letter (EP)

Sortie le 13 janvier 2020

Memphis Industries

L’artiste polymathe de Göteborg Joel Wästberg, alias sir Was, revient avec un nouveau single, « Letter », issu de son prochain EP éponyme à sortir le 13 janvier via Memphis Industries.

L’EP The Letter fait suite à son deuxième album, Holding on to a Dream, plébiscité dans le monde entier et habitué des playlists de BBC 6 Music et Radio Nova. Juste après sa sortie sir Was a joué son plus important concert à ce jour à la Scala de Londres en novembre.

Si les rêves peuvent se réaliser, alors ils peuvent devenir quelque chose de concret, une base sur laquelle on peut construire, qu’on peut modifier, une chose sur laquelle on peut s’appuyer. Il aura fallu une quinzaine d’années de motivation personnelle à Joel Wästberg pour enfin sortir sa propre musique, malgré de nombreuses collaborations avec d’autres artistes. Joel fait partie du groupe Junip, joue de la batterie dans la groupe de Jose Gonzales, et a co-écrit le titre « Dark Park », récent succès de Rozi Plain issu de son album What a Boost.

Ayant grandi dans une petite ville de la côte ouest de la Suède, son rêve de sortir sa propre musique s’était éloigné, mais il est revenu sous la forme de l’EP Says Hi en 2016 et du premier album très apprécié Digging a Tunnel en 2017.

Toutes ces années passées à écrire et à enregistrer pour lui uniquement, ainsi que les réactions qui ont suivi ses premières sorties ont changé quelque chose chez Wästberg, remplaçant la nervosité qui l’empêchait d’avancer par de nouveaux désirs. « Faire cet album m’a délivré de la peur d’être jugé. J’ai fait mon premier album sans savoir si un “vrai” label me suivrait. J’ai été frappé par le nombre de gens qui ont vraiment entendu ma musique – je le suis toujours. »

Fort de tout ce que Joel a appris en réalisant ce premier album, Holding on to a Dream est audacieux, brillant, c’est un réel pas en avant pour cet artiste qui s’épanouit totalement. Passer d’un studio en centre-ville à une banlieue calme a eu une grande influence, amenant Wästberg à se concentrer davantage sur le monde au-delà de ses murs plutôt que sur celui qu’il se créait dans son cocon. « Le premier album a été fait dans ce qu’on pourrait définir comme un espace de répétition, avec juste un micro – très lo-fi. Cet espace se situait à côté des trams qui parcouraient la ville, il y avait pas mal de bruit, il fallait donc que moi-même je fasse du bruit pour couvrir les sons extérieurs. Le nouveau studio m’a permis de faire ma musique dans le silence. Les soirées sont très calmes là-bas, je pouvais travailler seul sans être dérangé. Ça m’a donné plus de latitude pour façonner le son de l’album. Je pouvais me permettre d’être beaucoup plus délicat. »

A l’instar de l’album Holding on to a Dream, l’EP The Letter a été écrit, enregistré et produit par Wästberg, puis mixé, une nouvelle fois, par Henrik Alser dans une petite cabane de la campagne suédoise. « J’essaie d’aborder les éléments de base de la vie. Pas plus, pas moins. Je ne peux explorer que ce que je connais, mais je suis convaincu que si l’on creuse profondément, cela résonnera chez d’autres personnes. »

L’EP représente un post-scriptum enchanteur à Holding on to a Dream, et un alléchant prélude à ce que sir Was nous prépare.

sir Was sera en tournée tout au long de l’année 2020, et se produira aux festivals Eurosonic et by:Larm.