William Fitzsimmons

Mission Bell

Sortie le 21 septembre 2018

Grönland

Mission Bell, nouvel album du compositeur-interprète et producteur William Fitzsimmons, est une chronique de la tumultueuse dernière année de sa vie, notamment sa séparation de sa seconde femme. Une première version de l’album avait été enregistrée dans les murs du home studio de Fitzsimmons au cours de l’été 2017, mais elle a été abandonnée à la suite de cette séparation.

 

En 2018, William séjourne à Nashville, dans le Tennessee, pour y reprendre l’enregistrement depuis le début. Aux côtés du producteur Adam Landry (Deer Tick, Los Lobos, k. d. lang, Vanessa Carlton), il passe un mois à reconstruire l’album, avec des contributions d’amis comme Abby Gundersen et Rosie Thomas. Les onze chansons du disque racontent l’histoire d’un mariage de dix ans qui a été détruit puis finalement reconstruit en totalité.

 

Le processus s’avère à la fois douloureux et apaisant, tout en respectant la complexité de l’être humain, notamment dans son pire aspect. Il s’agit de tenter de trouver une empathie, même lorsque les gens sont au plus haut de leur perversion. Mission Bell contient des chansons sur la trahison, mais aussi sur la réconciliation et le pardon. Ce sont les histoires de personnes qui font de leur mieux, mais qui malgré tout finissent souvent par se détruire les unes les autres.

 

« Devoir tirer un trait sur la première version du disque, c’était incroyablement étrange, quelque chose que je n’avais encore jamais fait. Mais c’était la meilleure solution. Cet album avait été fait à une période où nous vivions, presque tout le monde y compris moi, de manière égoïste, malhonnête, et ça s’est vu dans le résultat. Quand j’ai été forcé de regarder les choses en face, de voir à quel point la situation était moche en moi et autour de moi, j’ai tout supprimé, chaque note et chaque mot. Rishon, mon manager et ami très cher, m’a mis en relation avec le producteur Adam Landry, et nous avons tous les deux passé des semaines à redonner vie au projet, que je croyais perdu à jamais. Lorsque nous avons terminé, j’ai senti que j’avais récupéré quelque chose qui m’avait échappé, et je reste très fier du travail accompli. »

 

Mission Bell est le premier album analogique de William Fitzsimmons. Les sons sont bruts, vrais, réels. Les guitares acoustiques rassurantes et familières sont bien présentes, mais elles sont maintenant assistées de synthétiseurs, de guitares électriques, de boucles de batterie, et de violons. « Enregistrer sur bandes était nouveau pour moi, et, pour être honnête, assez terrifiant. On ne peut pas se dire qu’on arrangera ceci ou cela en postprod. Ce qu’on joue est ce qu’on entendra sur l’album. Mais on obtient quelque chose de spécial quand on enregistre sans filet. Soit on joue avec tout son cœur, soit ce n’est pas le cas, et je pense que ça ressort clairement dans les enregistrements. »

 

Originaire de Pittsburgh en Pennsylvanie, Williams Fitzsimmons vit à présent à Nashville, dans le Tennessee.