Why Mud

VHS

Sortie le 20 septembre 2019

Baguette Publishing

L’histoire de WHY MUD est avant-tout celle dune bande de potes. Pour preuve, le groupe sapprête à embarquer à bord dun vaisseau spatial, pour se mettre en quête de linnocence perdue.

Avec déjà un concept-album, puis un premier EP à leur actif, WHY MUD continue de ne rien faire comme personne et livre un deuxième album qui cache une histoire tout au long des dix morceaux. Ce nouveau périple les mène de lAtlantide à l’Egypte Antique, portés par une pop élégante qui fait la part belle aux longues nappes psyché et aux textes oniriques désormais chantés entièrement en français.

Le début de la leur, dhistoire, cest en 2015, lorsque Rolandcide de sexiler en Australie pour prendre du recul suite à une rupture. Là bas, il se met à composer et écrire « naturellement en anglais, puisque c’était la langue que je parlais tous les jours ». De retour en France en 2016, il réunit autour de lui trois musiciens issus de son cercle proche : Antoine, de formation guitare classique, Loïc à la basse et Camille, batteur de presque tous les groupes de Boulogne-Billancourt, sorti de l’école Agostini.

Si Roland compose la plupart des morceaux, chacun amène sa pierre à l’édifice commun qui prend une dimension plus profonde. Si les quatre musiciens partagent avant-tout une passion commune pour le rock anglais des années 60, Radiohead et Pink Floyd, Roland ramène dans ses bagages toute la scène rock psyché australienne qui imprègne ses compositions. « On est tous aussi super fan de King Gizzard & The Lizard Wizard ! » ajoute Antoine.

WHY MUD voit ainsi le jour sous la forme de Adam&Joe, un album-concept de quinze titres racontant l’histoire tortueuse d’une lutte fratricide. On y suivait avec fièvre ces destins intriqués s’écrivant à travers des chansons aux mélodies qui ne soublient pas. Adam&Joe est un tableau onirique, aux teintes hypnotiques et sobrement houleuses.

La suite est somme toute classique : un succès destime avec quelques belles coupures de presse et des concerts dans toutes les petites salles incontournables de Paris dont une très belle release party dans lunivers feutré du Silencio. L’inondation de leur studio de répétition vient bouleverser ce chemin qui semblait tout tracé. Difficile de trouver le temps et lendroit pour se réunir, et WHY MUD passe à deux doigts dune rupture.

C’est dans ce climat tendu que Roland recommence à composer, des titres dont la fraîcheur détonne avec l’état d’esprit du groupe. « C’est une constante chez moi, quand tout va bien j’écris des chansons tristes, et vice-versa. » confie-t-il. À l’été 2017, WHY MUD sort donc KETCHUP, son premier EP, en collaboration avec Baguette Publishing, jeune maison d’artistes indépendante.

« On a choisi le nom KETCHUP parce que cest ce quon entendait quand Roland chante « get in shape » sur le premier single » s’amuse ainsi Loïc. Les quatre titres sont à l’image de cette folie douce qui semble les suivre partout et avec ce tournant pop assumé, WHY MUD signe la bande-son estivale parfaite. Les mélodies sentent bon le soleil et les longues après-midi qui nen finissent plus, sans perdre le côté psyché comme lexplique Roland : « L’écriture de « Seven Tides » par exemple s’est faite à partir d’un riff de guitare en 7 temps, qui lui donne ce côté halluciné et d’où vient le titre. »

C’est à partir de là que tout saccélère : Baguette Publishing leur permet de collaborer avec Florent Grattery qui signe un sublime clip danimation pour « Seven Tides », largement relayé et qui obtient même le prestigieux « Staff Pick » Viméo. WHY MUD continue dexpérimenter avec une autre vidéo, interactive cette fois-ci, qui met en lumière « Basilic », leur premier titre en français. Finalistes du Prix Ricard SA Live Music 2018 avec un concert mémorable dans un Café de la Danse plein à craquer, ils enchaînent sur une tournée brésilienne festive qui passe entre autres par le Circo Voador, salle légendaire de Rio où ils reçoivent un accueil inoubliable – à l’automne de la même année. « C’est génial de partir en tournée ensemble, surtout quand Antoine nous joue du Bach à la guitare pendant les pauses. » raconte Roland.

Au milieu de tous ces rebondissements, Roland continue d’écrire, et revient naturellement au français. « Je m’intéresse avant tout à la sonorité des mots à leur potentiel rythmique dans le chant. Je me concentre ensuite sur le sens. » explique-t-il. Lalbum a été écrit sur une longue période de temps, en commençant par « Déluge » qui évoque la peur de la perte dinspiration et langoisse des changements. Certains morceaux ont même été finis après leur retour du Brésil où certains ont pu être testés sur scène. Le résultat s’appelle VHS, « en hommage aux années 80 et 90, à cette période de notre enfance ».

L’ombre du syndrome de Peter Pan plane ainsi sur les dix chapitres qui se déroulent sous la voix soyeuse de Roland. La peur daffronter l’âge adulte se dessine en filigrane derrière des paroles de prime abord enjouées. Suspendus quelque part entre lespace et l’océan, les grands mythes se font et se défont aux rythmes des mélopées enivrantes.