Jess Williamson

Cosmic Wink

Sortie le 11 mai 2018

Mexican Summer

Quand l’amour frappe Jess Williamson, la puissance est telle qu’elle paraît réorienter le soleil, révélant sa vie sous un tout autre jour. C’est ainsi qu’elle raconte l’histoire de Cosmic Wink, son troisième album, et première collaboration avec Mexican Summer. Ce disque a pris vie en se nourrissant de toute une série de changements dans la vie personnelle de Jess.

 

En 2016, après dix ans de vie passée entre Austin et ailleurs, Jess quitte son État d’origine, le Texas, pour la Californie. Très inspirée par ce déménagement à Los Angeles et par le bonheur d’un nouvel amour, elle loue une maison à un ami acteur parti sur un tournage et commence à écrire les chansons qui deviendront Cosmic Wink. Elle emménage en compagnie de son chien adoré, Frankie, qui commence, pendant son écriture, à montrer des signes de vieillesse.

 

Ces trois éléments différents et sans connexion les uns aux autres se sont réunis pour donner un son et un ton uniques à Cosmic Wink. L’ouverture de Los Angeles, et le fait de se confronter à la nature pessimiste de ses anciennes chansons en se produisant devant des publics européens silencieux lui ont fait remettre en question sa supposition que « les peines de cœur, la dépression et la tristesse » étaient « le seul moyen de faire une musique intéressante », comme elle le dit elle-même.

« C’est beaucoup demander à un public que de rester silencieux pendant que vous chantez afin d’écouter chacun de vos mots. J’ai commencé à réfléchir à une performance plus fun, où je passerais un bon moment à jouer avec un groupe sur scène, faire des chansons qui pourraient parler à toutes sortes de gens. Je veux que ma mère et ses amis apprécient cet album autant que quelqu’un qui aurait des goûts super obscurs – et je ne pense pas qu’ils s’excluent les uns les autres. »

 

Pendant ce temps, en observant son vieux Frankie prendre de l’âge, elle médite sur le temps qui passe, ce qui lui inspire la chanson d’ouverture de son album, « I See the White ». « J’ai remarqué que les poils autour de ses yeux étaient devenus gris, et je me suis rendu compte que c’était une manifestation physique du temps qui s’écoule, c’était déchirant. C’est si facile de faire comme si on avait tout le temps du monde devant soi, comme si on était immortel ou invincible. »

 

C’est cette dernière prise de conscience qui paradoxalement donne un côté joyeux à Cosmic Wink. Cette impression du temps qui passe trop vite, qui nous échappe, lui a certes brisé le cœur mais l’a aussi remplie de gratitude envers toutes les possibilités que le temps lui avait offertes, ainsi que d’un amour pour la vie et les gens autour d’elle.

 

Au fil des neuf chansons de l’album, l’amour de Jess Williamson se répand avec facilité, sous la forme de souffles poétiques. “This love predates my name and my face and my age”, chante-t-elle dans « Awakening Baby ». “I can feel your heart / Or is it mine / Or is it ours?” Son partenaire et elle se faufilent ensemble dans une espèce d’écheveau cosmique – ici ils ne font qu’un, là ils sont à nouveau deux –, mais elle sonne toujours comme quelqu’un en pleine maîtrise d’elle-même.

 

« Lorsque j’ai quitté Austin pour Los Angeles, j’ai commencé à prendre mon processus de travail plus au sérieux. J’ai pris mon art plus au sérieux. Je n’avais pas un boulot normal ni plein d’amis quand je suis arrivée à L. A., alors je passais mes journées seule dans la maison, à écrire. Je me suis beaucoup intéressée à Carl Jung et à l’exploration de mes rêves. Le titre de l’album est une référence au concept jungien des synchronicités, qui va de pair avec une vision de la vie qui laisse la place à la magie, aux signes auxquels il faut être attentif. Ça peut paraître bête pour certains, mais ça a marché pour moi. Et, quelque part, l’album lui-même est devenu une confirmation des risques que j’étais en train de prendre. »

 

Pour autant le processus n’a pas été simple. Frankie est mort un mois exactement avant la date prévue d’enregistrement. Jess Williamson avait filé à Lockhart, au Texas, pour écrire et répéter avec son groupe. Incapable de travailler, elle fixe des portraits au mur – des gens qu’elle « voulait voir comme des anges gardiens », dit-elle. Chan Marshall, Nina Simone, Townes Van Zandt, Patti Smith, et Leonard Cohen. Ainsi que Frankie. Et aussi Shane Renfro de RF Shannon – son partenaire musical pendant quatre ans et le partenaire avec lequel elle s’était retrouvée si emmêlée.

 

Sa relation avec Shane Renfro l’a fait réfléchir sur plusieurs choses, qu’elle explore tout au long de Cosmic Wink, même quand elle s’émerveille devant la joie que l’amour lui a procurée : “How much time do I have with this person? What’s going to happen after we die? Where will we go? Will you be there with me?”

 

Elle a invité Renfro à collaborer sur Cosmic Wink, en tant que producteur. « C’était la première fois que j’étais prête à rester en coulisses pour cette étape. Shane et moi avions déjà travaillé ensemble pendant tant d’années, et je voulais que cet album soit une union de nos forces. » Avec l’aide du coproducteur Dan Duszynski, Shane Renfro soulève lentement la surface des chansons de Jess Williamson, pour atteindre leur essence avec une tendre grâce.

 

La musique est un marécage attrayant, parfois statique sous des formes qui rappellent Amen Dunes et l’effet spectral d’Alice Coltrane, jusqu’au moment où la voix de Jess explose dans une poussée d’extase. Les chansons se dévoilent lentement, mais l’intimité de son chant et les explorations de son groupe nous attirent vers les détails. Elle demande à son sujet de suspendre sa fixation sur le temps qui passe dans « Forever », et elle nous demande à nous aussi de faire la même chose – venez, laissez-vous porter et observez ce qui s’offre à vous.

 

Cosmic Wink a été enregistré à Dripping Springs, au Texas, chez Dan Duszynski, où les membres du groupe ont vécu, travaillé et mangé ensemble pendant une semaine, avec quelques pauses consacrées à la cueillette de fleurs sauvages et à des balades dans les bois mouchetés de cèdres. Convaincue qu’il lui faudrait sept ans pour s’établir musicalement, Jess Williamson a sorti ses deux premiers albums sur son propre label, Brutal Honest, et avait l’intention de faire de même avec Cosmic Wink avant de signer chez Mexican Summer.

 

Cosmic Wink va sortir presque sept ans tout juste après sa première scène solo – encore une synchronicité discrète. « Je n’ai pas l’impression d’avoir réussi. J’ai la sensation d’avoir ouvert la porte et de l’avoir franchie. » Qu’y a-t-il de l’autre côté ? Tout ce que la lumière choisit d’éclairer.