James McVinnie & Tom Jenkinson

Voix Célestes

Sortie le 27 septembre 2019

Warp

All Night Chroma est une collection de compositions pour l’orgue de Tom Jenkinson, interprétées par le célèbre organiste James McVinnie. En 2016, ces huit pièces ont été enregistrées au Royal Festival Hall de Londres sur l’extraordinaire orgue Harrison & Harrison de 1954. Ces compositions ont été à l’origine commandées par No-Nation avec PRS for Music Foundation et ont vues le jour en tant que « The Secret Life of Organs » en 2016 avec une série de concerts au Royaume-Uni, soutenus par le Arts Council England. Les compositions originales ont depuis été retravaillées pour former All Night Chroma.

 

James McVinnie est considéré comme l’un des organistes les plus éminents aujourd’hui. Il a collaboré avec de nombreuses personnalités de la musique dont Philip Glass, Angelique Kidjo, Martin Creed, Richard Reed Parry, Bryce Dessner, Hildur Guðnadóttir ainsi que des artistes signés chez Warp comme Oneohtrix Point Never et Darkstar. Il est membre du label islandais Bedroom Community. Cycles’, son premier enregistrement de musique écrite pour lui par Nico Muhly, sort sur ce label en 2013 et est salué par la critique. Un album de musique de Philip Glass,‘The Grid’, est sorti sur Orange Mountain Music en 2018.

 

Tom Jenkinson a fait ses premiers pas en tant que compositeur en 2003, en composant des pièces pour la Sinfonietta de Londres pour ‘Warp Works and 20th century Masters’ qui avait débuté au Royal Festival Hall, à Londres. En 2005, Tom a composé une série de pièces pour basse électrique solo qui ont ensuite fait partie d’une collaboration avec Evan Parker en 2007. Un enregistrement de ces compositions interprétées à la Cité de la Musique à Paris est paru en 2009. En 2013, il collabore avec Charles Hazlewood pour réimaginer son album Squarepusher ‘Ufabulum’ pour un orchestre. Depuis, il a fait de nombreuses tournées, par exemple à Fairfield Hall, à Londres, avec la Sinfonia de Cracovie au festival Sacrum Profanum et plus récemment pour une série de dates en Hollande. En 2018, on lui a demandé de composer une pièce d’une heure,’Daydreams’ pour CBeebies de la BBC, narrée par Olivia Coleman. All Night Chroma’ met en évidence l’étendue des talents de Jenkinson, loin des sons électroniques et de la guitare basse pour lesquels il est largement considéré comme un virtuose, deux éléments qui sont à la base de son travail de Squarepusher.

 

Tom Jenkinson parle de sa collaboration avec McVinnie« J’ai essayé d’étudier les aspects sonores plus subtils et issues d’un autre monde de l’orgue. En particulier, je suis attiré par les jeux de flûte qui ne sont pas ce qui facilite les caractéristiques sonores plus grandioses de l’instrument, mais à mon oreille sont parmi les couleurs sonores les plus douces et les plus étranges que tout instrument peut produire. Collaborer avec James a été une expérience extrêmement agréable, non seulement pour son étonnante musicalité, mais aussi pour sa réceptivité aux idées et sa volonté d’expérimenter. »

 

« Il y a des aspects de l’écriture pour orgue que je trouve comparables à l’écriture de musique pour l’électronique. Il y a un poids très tangible à la quantité de technologie qui vous entoure dans une performance d’orgue, contrairement à tout autre instrument acoustique dont j’ai l’expérience. Les sons sont accessibles par simple pression d’un bouton, de sorte que la variété sonore est obtenue par des moyens mécaniques autant que par l’habileté de l’interprète. De cette façon, je vois l’organiste comme étant beaucoup plus immergé dans la technologie que les interprètes d’autres instruments acoustiques et, malgré sa longue histoire, il semble donc un instrument éternellement moderne. Peut-être qu’il y a quelque chose qui rappelle le glamour sombre d’un génie de l’informatique chez l’organiste, enveloppé dans des machines, loin des louanges et indifférent à celles-ci. »

 

James McVinnie ajoute: « Travailler avec Tom sur ce projet a été un processus incroyable. La musique est techniquement difficile à exécuter, à la fois pour jouer les notes, mais aussi pour les adapter aux couleurs et timbres riches et kaléidoscopiques de l’orgue du Royal Festival Hall. Cet instrument est l’apogée d’un design du milieu du siècle qui a fait sensation dans le monde musical lorsqu’il a été entendu pour la première fois – il parle avec une clarté et une fraîcheur qui, malgré sa riche et noble histoire, en fait un véhicule idéal pour cette nouvelle musique. »