Bibio

Ribbons

Sortie le 12 avril 2019

Warp Records

Après son projet ambient Phantom Brickworks, Stephen Wilkinson revient avec Ribbons à la composition structurée, à l’instar de A Mineral Love paru en 2016. Ribbons est empreint d’un charme folk, avec une approche essentiellement acoustique explorant la musique psychédélique des années 1960 et 1970, avec de la soul, de l’ambient, de l’électronique, et des enregistrements sonores extérieurs. L’album sortira le 12 avril sur Warp Records.

 

Musicien, chanteur et producteur autodidacte, Wilkinson joue presque toutes les parties instrumentales de l’album, et ajoute quelques nouveautés à sa gamme, comme la mandoline, le violon et d’autres instruments à cordes apportant ainsi une nouvelle saveur à sa musique. Alors que celle-ci repose sur des instruments acoustiques et traditionnels, le titre de l’album est ,quant à lui, extrait du morceau le plus électro : « Pretty Ribbons and Lovely Flowers ». Sur ce titre, des voix féminines envoûtantes éclairent un chemin sombre jalonné d’une séquence répétitive d’accords distordus. Faisant référence au ruban magnétique des bandes analogiques et de la pellicule utilisées dans sa musique, sa photographie et son travail cinématographique, l’illustration de l’album, pensée par Wilkinson, représente un paysage boisé anglais, où des jacinthes sont ornées de rubans.

 

Les chansons de l’album reposent souvent sur des lignes mélodiques pour définir le rythme et le groove, comme sur le premier single « Curls », plutôt que sur le battement régulier des percussions. Ce n’est pas le cas dans tous les morceaux, comme « Before », titre inspiré de la soul des années 1970, et « Old Graffiti », aux grooves venus du Brésil. C’est la folk et la façon de raconter des histoires qui travaillent à la cohésion de l’album, on les retrouve dans le chevauchement, le tissage des lignes de guitare de titres instrumentaux comme « Valley Wulf ». Dans des morceaux comme « Ode to a Nuthatch », Wilkinson explore son son caractéristique saturé de picking, mais avec une maturité mélodique et harmonique qui fait de Ribbons une évolution nette dans son style unique.

 

Les influences folk de Wilkinson naviguent entre les différents styles des années 1960 et 1970 de Grande-Bretagne, d’Irlande et d’Amérique. Il mélange les variations de folk psychédélique de son pays avec les harmonies rêveuses de son homologue californienne. Il rend également hommage à ses précédents projets inspirés de J Dilla et Madlib, cette fois en s’appuyant sur les époques et les disques que ces producteurs ont samplé, comme Dionne Warwick, Dee Dee Sharp et d’autres artistes soul. Mais plutôt que de partir de samples, les hommages de Wilkinson sont parés d’une orchestration parfaitement choisie pour en faire des créations totalement originales. Avec son dernier album, Ribbons, Wilkinson oscille entre différents genres, fait se rencontrer l’inconnu et le familier, pour avancer à sa manière.